Version Française English Version

Soutenons Jean-Pierre Garrigues et le CRAC Europe

Jean-Pierre Garrigues va comparaître le 24 mars au Tribunal de grande instance de Dax pour répondre de pas moins de 14 plaintes consécutives à l’action menée à Rion-des-Landes en août dernier. Nous devons être les plus nombreux possible à nous y rendre pour le soutenir. A travers lui, c’est le CRAC Europe que l’on essaie d’abattre.

Lundi 24 mars, à partir de 9h, venez soutenir Jean-Pierre Garrigues au tribunal de grande instance de Dax

Il y aura deux comparutions successives dans la journée.

  • Le matin à partir de 9h : 12 plaintes pour injures publiques, dont 11 venant de particuliers présents dans l’arène de Rion et une du club taurin local. Les “injures” en question sont des mots tels que “pervers”, “sadiques”, “barbares”, etc. Il va être intéressant de découvrir si l’article 521.1 du Code pénal doit s’imposer à tous puisqu’il définit la corrida comme relevant de “sévices graves et actes de cruauté sur des animaux”. La loi autorise donc de désigner ceux qui pratiquent des corridas ou y assistent de sadiques, de pervers et de barbares, puisqu’ils se réjouissent publiquement de sévices graves et actes de cruauté donnés en spectacle à des animaux.

    Il faudra aussi que madame la procureure de Dax explique en quoi de tels qualificatifs sont interdits à Jean-Pierre Garrigues alors qu’ils ont pu être employés très largement en toute impunité depuis des décennies dans les médias et les livres, et continuent à l’être (plusieurs millions d’occurrences dans les recherches Google qui associent n’importe lequel de ces mots avec “corrida”).

  • L’après-midi à partir de 13h30 : 2 plaintes, l’une en tant que personne physique, l’autre en tant que président du CRAC Europe pour manifestation illégale, entrave au droit du travail des toreros et mise en danger de la vie d’autrui par utilisation de fumigènes. Si ce qui se joue n’était pas aussi grave, de tels chefs d’accusation seraient risibles.

C’est la liberté d’expression qui est en jeu dans ce procès. C’est le combat pour un monde plus humain et plus respectueux de la vie que l’on tente de mettre à bas.

La procureure est de toute évidence le bras armé d’un lobby aux abois qui n’en peut plus d’agoniser et qui, faute de pouvoir faire dissoudre le CRAC Europe comme ses zélotes en rêvent, croit mettre un frein à un mouvement largement majoritaire en France contre la corrida en s’attaquant au leader de l’association la plus active pour cette cause. Comment peuvent-ils être assez incultes pour y croire ? Tous les grands combats vers plus de civilisation ont toujours fini par l’emporter dans l’Histoire, même quand ils perdaient leurs meneurs les plus charismatiques.

Montrons à Jean-Pierre Garrigues notre soutien sans failles !
Ne nous laissons pas museler par les suppôts de la mort-spectacle !
Nous sommes la majorité !
Corrida abolition !


Soutiens

Brigitte Bardot s’est fendue d’une lettre de soutien que vous pouvez lire ci-dessous. Nous la remercions infiniment.

Lettre de soutien de Brigitte Bardot

Nous vous invitons également à signer la pétition demandant la relaxe pure et simple des militants anticorrida.

« Je suis dans ce combat jusqu’au bout. Je n’abdiquerai jamais devant les barbares et les bureaucrates. Je pense que ce que nous faisons est juste et dans l’intérêt de notre planète et de notre futur. Nous ferons les sacrifices nécessaires. Nous irons en prison. Nous risquerons nos vies. Abandonner n’a jamais été une option. Ça ne m’a jamais effleuré l’esprit. »

Paul Watson
Sea Shepherd

Source : CRAC Europe