Version Française English Version

Une question écrite d’un sénateur soulève involontairement les violences subies par les veaux

La question écrite de n° 16798 du sénateur de l’AIN M. Rachel Mazuir publiée dans le JO Sénat du 11/06/2015 peut laisser dubitatif. Elle relève via un intérêt pour les peaux tannées les violences subies par les veaux.

Rappelant que la qualité des peaux des veaux français est appréciée et recherchée par l’industrie de la maroquinerie, mais regrettant que peu de peaux correspondent aux exigences de l’industrie de luxe, le sénateur va énoncer le souhait de ce secteur :
« Ils souhaiteraient surtout qu’une attention particulière soit portée à cet animal afin d’éviter que sa peau ne subisse trop de blessures dues à des écrous ou des barbelés rendant de fait impossible son utilisation. »

Cette requête est limpide...
Difficile d’imaginer comment de petits veaux vont faire des traces importantes sur leurs peaux à l’aide d’écrous et de barbelés.
In fine, il est bien plus implicitement question des blessures dues à la manutention de ces être vivants qu’à du grillage et des barrières en bois sur lesquels ils prendraient appui...

Source : Lien vers la question